Kalimera !

Voici les différentes étapes de notre projet tutoré.

07 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Salon de Mahana

Re Kalimera ! (eh oui on rattrape le mois de février, on n’avait pas internet mais on a bossé ! :)   )

Le salon du tourisme, nommé Mahana cette année, est venu nous rendre visite à Toulouse du 24 au 26 février 2017. 6 grandes thématiques abordées dont une particulièrement intéressante pour nous : « Voyager autrement » avec pour slogan  « Un voyage est une expérience. Découvrez nos conseils pour sortir des sentiers battus. » Ça sonne bien hein? Moi en tout cas ça m’a donné envie. Alors, j’ai pris mon sac à dos et avant de rejoindre les Vosges, je m’y suis rendue le samedi 25.

Au programme plus de 200 exposants de la région et des autres continents, des animations, des ateliers pratiques et un coin blogueur où l’on peut rencontrer des voyageurs avertis. Un atelier pratique  » Voyager responsable «  de 30 min visait à débattre des alternatives proposées face aux impacts provoquées par le tourisme (pollution, destruction des habitats et des cultures, …). Je m’y suis rendue pour me renseigner et voir la fréquentation. L’atelier était présenté par Jet-Lag-Trips  « Voyagez stylées », une journaliste qui conseille des destinations de luxe. La problématique a attiré du monde, malheureusement la prestation n’était pas à la hauteur de mes attentes … Comment dire ? Encore et toujours du greenwashing. De bonnes idées vues et revues, qui devraient être pris en compte depuis longtemps par tout les acteurs du tourisme, comme l’empreinte carbone ou encore la destruction des habitats. Beaucoup d’idées et peu de concrétisation.

Un peu à l’instar du salon tout entier. Le but premier était de vendre des séjours et non réellement d’informer sur la gestion du tourisme ni découvrir comment « Voyager autrement », une des thématiques principales du salon. Les agences qui proposaient des « destinations humaines », comme Verdie Voyages n’ont pas su me répondre lorsque je leur ai parlé de tourisme solidaire. Hum?

- »Madame, qu’entendais-vous par destinations humaines? »

- « Tout simplement que les gens sont plus humains, bah oui là-bas il fait chaud, ils ont le sourire ! »

… Pas convaincant. En revanche, la gérante du stand m’a donné son avis à propos de l’intérêt porté à cette thématique dans le monde du tourisme et plus particulièrement dans la région. Pour elle, le monde du tourisme n’est pas prêt de changer et pour cause : c’est la première économie mondiale. « Développer le tourisme solidaire, c’est une bonne intention, mais la demande est faible, cela reste un tourisme de niche. S’il en était autrement, les séjours hors sentiers battus ne le resteraient d’ailleurs pas longtemps. De plus, la proposition de la part des agences de voyages est faible dans la région, quelques entreprises proposent des séjours de trail, nature et responsable, mais ça ne va pas plus loin. »

Après un tour de l’ensemble des stands du salon et des échanges avec les professionnels, je me suis vite aperçue qu’il en était ainsi de l’ensemble du salon. De nombreux stands représentaient la région avec les offices de tourismes et les professionnels (agences de voyage en grande majorité) qui proposaient tous des activités diversifiées mais pas dans la thématique que je recherche.

En revanche, j’ai rencontré un acteur clé de la région : l’UNAT, le tourisme au service des hommes et des territoires. « L’Union Nationale des Associations de Tourisme et de plein air (UNAT) est reconnue d’utilité publique. Tête de réseau du Tourisme Social et Solidaire, l’UNAT rassemble, représente et défend les principaux acteurs touristiques à but non lucratif engagés en faveur du départ en vacances du grand nombre. L’UNAT joue un rôle majeur pour agir pour le départ en vacances et soutenir les territoires. »  Bel exemple d’entraide qui représente un tourisme solidaire à l’image d’une aide sociale, mais qui n’englobe pas l’ensemble du tourisme solidaire et qui est peu représentatif pour notre projet tutoré.

 

En conclusion, le salon du tourisme est diversifié par le nombre de ses stands et les activités proposées mais n’a pas su m’apporter beaucoup d’éléments sur notre projet tutoré, si ce n’est que le tourisme solidaire n’est pas beaucoup développé dans la région, bien que la demande soit présente et la thématique effleurée.

07 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Résultat sondage

Kalimera !

Comme évoqué précédemment, voici les résultats du sondage et leur analyse.

 

Sondage étude de la demande touristique

Diffusé par les réseaux sociaux (facebook, groupe GPN de France, groupe LP, page Kaligraines) et par mail (familles, proches).

Objectifs : connaître la clientèle et définir le tourisme solidaire

Résultats : https://my.survio.com/C4T3E0B6P9O6P4O9T6R2/data/index

A retenir

⁃    majorité de réponses féminines (78%)
⁃    public visé : les 11 à 25 ans (78%), les 26 à 35 ans (13%), les 36 à 50 ans (9%)
⁃    majoritairement des étudiants (51%), des employés (31%) ou recherche d’emploi dans l’environnement, intérimaires
⁃    54% du public part une fois par an en vacances
⁃    84% des voyageurs ne partent pas en voyage organisé
⁃    28% ne part pas à l’étranger, principalement pour des raisons budgétaires
⁃    65% voyagent entre amis, 61% en famille, 37% en solo
⁃    motivés par la découverte de nouveaux lieux, de patrimoine culturelle, naturel, historique et d’expériences humaines, locales
⁃    38% connaisseurs –> tourisme responsable, définitions personnelles : prend en compte l’impact des activités exercées/ le limiter au maximum, contribue au développement économique, respect population (être, tradition, culture) et environnement, s’impliquer dans le lieu de voyage, favoriser local, utiliser transports doux, opposé tourisme de masse, sensibiliser le public quotidiennement à la préservation de l’environnement, partager le quotidien des habitants/ vivre à leurs côtés, privilégier destinations moins touristiques, bilan carbone, …
⁃    8% qui ne connaissent pas
⁃    Définition tourisme solidaire : 7% ne sait pas, 67% et 68% favoriser l’économie locale et entraide avec la pop locale. Autres idées : Être en immersion avec la réalité territoriale, et non se voiler la face avec un confort illusoire / Ne pas passer mes vacances au dépends d’autrui  / Projets de sauvetage de la faune et la flore  / Notion de consom’acteurs, intégrer des dynamiques locales / le wwoofing
⁃    38% ne pratiquent pas ce tourisme, 32% de temps en temps, 30% oui

Pratiquez-vous ce genre de tourisme _ - graphique camembert
⁃    2% ne sont pas intéressés, 75% oui, 23% pourquoi pas
⁃    Intérêts de ce tourisme, quelques exemples de réponses :
- Une expérience de vie, une immersion dans une vie culturelle et la sensation de pouvoir participer à l’amélioration des conditions de vie des populations locales
- La notion de partage, la découverte d’autres paysages et de nouvelles personnes, dans le respect et la volonté d’échange
- Le respect des valeurs de chacun de l’environnement et des êtres vivants ++
- On reconsidère un territoire, une identité, une histoire en prenant le temps de parcours cet espace à travers la culture, les savoirs faire locaux rattachés aux ressources locales
- Donner de l’importance à des collectifs, de l’entrepreneuriat, au milieu rural Une manière de participer aux dynamiques locales engagées sur les territoires ruraux
- Favoriser le local pour préserver les savoirs faire
- Éviter la surconsommation Éviter les trajets touristique imposés
- Rencontrer les habitants sans courir Prendre le temps de prendre mon temps
- Voyager hors des lieux touristiques, rencontrer les habitants, se sentir utile, le prix
- Il s’agit d’une découverte en profondeur du lieu que l’on visite. Un voyage ne doit pas, pour moi, être passif, se dérouler comme on visionnerait un documentaire sur le lieu. SI l’on a fait le trajet jusqu’ici, c’est pour s’imprégner, et rien de mieux pour cela que de rencontrer des habitants, pour apprendre et découvrir de manière authentique. Pour réduire l’impact négatif du tourisme, éviter la folklorisation des cultures, etc, il est nécessaire de se comporter en touriste responsable
- Authenticité
- L échange le partage la bienveillance De pouvoir éduquer nos enfants à ce style de vie pouvoir faire avancer les choses ne pas rester fatalistes

Conclusion

Cible visé : les jeunes / étudiants –> petit budget
Voyage une fois par an, probablement un séjour long (1 semaine à 2 semaines)
L’idée de voyage organisé n’enthousiasme pas, présenter le voyage en groupe d’une manière attrayante.
Tenter des prix abordables, destinations hors France souvent plus coûteuses dans l’esprit des gens.
En solo, en famille, en couple, en amis, entre inconnus, toutes les formules sont possibles.
Demande du public : découverte patrimoine culturelle, historique, environnemental, être en immersion avec la population, se sentir utile, limiter son impact au maximum
Tourisme responsable souvent confondu avec tourisme solidaire, distinction floue entre les valeurs.
La majorité des français ne connaissent que les grandes lignes des tourismes alternatifs et ne le pratiquent pas. Plus judicieux de commencer à s’adresser à des connaisseurs (actifs dans l’environnement, l’associatif, les alternatives).
Beaucoup ne pratique pas (38%) mais pratiquement tous sont intéressés (seuls 2% ne le sont pas) –> réelle demande de la part des jeunes de renouveau.

 

Voili voilou, j’espère que ces données vous ont intéressé, en revanche vous devez savoir que nous nous sommes dirigés vers une nouvelle cible en raison d’un problème de budget et que ce travail, bien qu’intéressant, ne sera pas utilisé pour définir notre stratégie de communication.

A bientôt !

07 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Conseil d’administration

Kalimera !

Nous nous sommes absentées quelques temps en raison d’une connexion internet inexistante (vive la montagne !), mais ne vous inquiétez pas, je vais vous narrer l’avancée de notre projet.

Nous sommes redescendues dans les Pyrénées afin de retrouver notre association et de poursuivre le projet durant le mois dernier. Première étape  : le Conseil d’administration de notre association et commanditaire, Kaligraines, qui s’est déroulé le 9 février à Sadournin, notre QG. Nous avons abordé les différents points importants comme l’état des finances, nos actions, etc. Mais venant en aux faits, c’est-à-dire notre projet tutoré. Nous avons pu présenter notre travail à l’ensemble du bureau et définir la suite des actions :

- Sondage : nous avons présenté les résultats de notre sondage (que je détaillerai dans l’article suivant) qui nous a permis de définir un public cible : les jeunes (18-25 ans) intéressés par les nouvelles formes de tourisme où l’expérience est valorisée au détriment de l’avoir ou encore de la reconnaissance sociale (génération y). Une génération bien plus sensibilisée aux enjeux environnementaux actuels et porteuse de l’avenir. Problème : bien que notre association agisse à but non lucratif, les tarifs proposés afin de ne pas être en perte ne sont pas abordables pour cette cible. Après partage et réflexion, nous avons mis de côté notre travail et définit une cible plus pertinente : les retraités (50-70 ans) en quête de rencontre et d’aventure, ayant les moyens et le temps de voyager.

–> Mission : nous devons donc revoir notre communication pour nous adapter à cette nouvelle cible.

- Voyage organisé : plusieurs mobilités étudiantes sont établies et notre équipe s’apprête à décoller pour la Crète prochainement. Le voyage d’avril d’une semaine en Crète avec pour thématique les fêtes de Pâques locales et la création d’un four solaire et toilettes sèches approche également ! 8 places sont proposées, à consommer en solo, en couple ou entre amis. Lors du Conseil d’administration, nous avons pu échanger des contacts (lycées agricoles) et, avec la nouvelle cible définie, aborder la clientèle. Pour cela, nous avons parcouru les marchés de Noël  et fait de la publicité dans une station de ski pyrénéenne (Le Mourtis) où le pic de fréquentation était élevé. Nous avons des intéressés mais toujours pas de réservations définitives en raison de notre recherche tardive. Arriverons-nous à remplir cet objectif ? Le programme est déjà établi, ne manque que les touristes. Nous avons également abordé notre situation d’un point de vue législatif ; nous ne pouvons pas vendre des billets d’avion n’ayant pas la licence d’Agence de Voyage, mais nous pouvons proposer des activités touristiques en tant qu’association.

Station du Mourtis, pic de fréquentation

Station du Mourtis, pic de fréquentation

–> Missions : poursuivre notre recherche de client avec la communication adaptée et clarifier notre situation au vue de la législation (quel article de loi précisément etc.).

- Partenariats : nous avions besoin de nous concerter avec le comité de pilotage pour savoir nos attentes vis à vis de nos partenariats. Vous pourrez bientôt lire le récapitulatif de nos partenaires et le but de nos échanges.

- Définition du tourisme solidaire : la charte du tourisme solidaire est en cours de rédaction. Suite à nos échanges avec des professionnels et des particuliers, nous avons cerné les enjeux clés du tourisme solidaire. Ne manquait que notre touche personnelle qu’un tour de table a permis de définir. Aussi, n’étant pas une agence de voyage, nous allons revoir l’intitulé et remplacer le mot tourisme par un mot plus adapté.

- Stratégie de communication : nous allons créer une charte couleur pour l’association pour unifier nos affiches et flyers et créer notre propre identité, facilement reconnaissable.

Conseil d'administration

Conseil d’administration

 

Notre travail s’achève bientôt, nous avons presque atteint l’ensemble de nos objectifs et le rendu du dossier est proche. Suivez nos aventures jusqu’au bout ! :)

19 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

On fait un point !

Kalimera chers internautes !

Aujourd’hui, nous allons faire le point sur les définitions des tourisme alternatifs : tourisme durable, solidaire, responsable, équitable, … What ? On s’y perd ! Alors lumière sur ces multiples termes qui nous embrouillent un peu. Premièrement, qu’est-ce qu’un TOURISME ALTERNATIF ? Tout simplement un tourisme qui est à l’encontre du tourisme de masse et de ses impacts et qui propose une solution pour atténuer ces derniers. Nous le savons, le tourisme de masse, bien qu’apportant une importante économie, a et continue à détruire des habitats écologiques, des traditions et des cultures et bien sûr permet une exploitation des ressources naturelles et humaines des pays, les appauvrissant. Grosso modo, les tourismes alternatifs se regroupent autour de grandes valeurs : protection de l’environnement, des populations et de leurs économies. Les piliers du développement durable en somme. Mais chaque tourisme a sa nuance et s’applique à proposer un tourisme qui se préoccupe plus ou moins d’un de ces piliers. Le premier tourisme alternatif qui s’est développé est l’écotourisme, puis des acteurs du secteurs ont trouvé nécessaire d’affiner cette définition, et surtout de la compléter, faisant fleurir toutes les nouvelles formes de tourisme décrites ci-dessous. :

Écotourisme 

Eco comme écologie et économie : L’écotourisme doit avoir un impact positif sur l’environnement en dynamisant l’économie locale. L’écotourisme se pratique dans la nature, en petits groupes au sein de petites structures. C’est un voyage responsable dans la nature qui contribue à la protection de l’environnement et au respect des populations locales et de leur culture.

« La définition d’écotourisme qu’en donne la TIES (Société Internationale de l’Écotourisme) date de 1991 : « L’écotourisme est un voyage responsable dans des environnements naturels où les ressources et le bien-être des populations sont préservés ».« 

Tourisme durable

Durable comme développement durable, c’est-à-dire qui s’inscrit dans le temps. Le tourisme durable reprend les principes de l’écotourisme mais l’élargit jusqu’au tourisme pratiqué dans les villes et non plus que dans des petites structures. On parle ainsi de développement du tourisme durable, qui s’applique aux trois composantes du tourisme, les transports, les hébergements et les activités (loisirs) afin de réduire leurs impacts néfastes et prévoir un tourisme viable pour les générations futures (économies d’énergie, mises en applications de bonnes pratiques, …).      A retenir : Tourisme durable = Écotourisme en vision plus large

Tourisme responsable

De nouveau, on joue sur les mots. Responsable signifie prendre en compte toutes les composantes de son voyage au-delà de la simple distraction. Par exemple, l’écotourisme et le tourisme durable sont des tourismes responsables car ils mesurent l’impact de leurs activités sur le territoire. La différence est juste que le terme « tourisme responsable » s’applique peut-être plus au voyageur pour le conscientiser de chacun de ses actes, alors que « tourisme durable » est adressé majoritairement aux infrastructures et acteurs du tourisme.

Donc tourisme durable et responsable sont similaires et défendent les mêmes valeurs.

Tourisme équitable

Le tourisme équitable découle du commerce équitable : on souligne dans ce terme la dualité entre les pays du Nord et du Sud, principalement au niveau économique. Il s’agit de stopper l’esclavage qu’exerce le Nord sur le Sud depuis des décennies en exploitant leurs ressources naturelles et humaines. Dans les séjours touristiques équitables, l’organisation est faite par ou avec les populations afin qu’elles en tirent profit pour leur propre développement économique.

Tourisme solidaire

Solidaire comme partage et entraide. Le tourisme solidaire souligne le fait de pratiquer un tourisme où l’échange est la principale motivation, apportant ainsi quelque chose aux touristes et aux locaux. Le tourisme solidaire cherche à inscrire ses actions de solidarité dans la durée en s’assurant de leur bon accomplissement et de la pérennisation de chacune.

« Selon l’Association du Tourisme Équitable et Solidaire, « le tourisme solidaire regroupe les formes de tourisme alternatif qui mettent au centre du voyage l’homme et la rencontre et qui s’inscrivent dans une logique de développement des territoires. L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une répartition plus équitable des ressources générées sont les fondements de ce type de tourisme. »« 

Comme vous l’avez compris, les tourismes alternatifs peuvent s’imbriquer et répondre à des mêmes valeurs et problématiques à des intensités différentes. Bien-sûr, cette liste n’est pas exhaustive, le tourisme se développant sans cesse, laissant naître plein de nouvelles idées et appellations.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il faut bien se renseigner avant de réaliser un voyage afin d’allier plaisir et bonnes actions. Ces termes sont aussi souvent utilisés afin de blanchir son image et apporter de la clientèle —> Attention au GreenWachting !

Si le sujet vous intéresse, voici quelques bons liens plus précis ou plus complets, repérés dans cette jungle d’informations qu’est internet !

- https://thefrogblog.fr/2014/07/10/quelles-differences-entre-tourisme-durable-ecotourisme-et-tourisme-vert/ 

- http://www.voyagespourlaplanete.com/tourisme-equitable-et-solidaire/

- http://www.voyagespourlaplanete.com/definitions-du-tourisme-responsable-durable-etc/

- http://www.babel-voyages.com/definition

- http://www.routard.com/guide_dossier/id_dp/73/num_page/3.htm

Et un petit article en prime datant de 2009 sur le sujet du tourisme alternatif : http://www.lemonde.fr/voyage/article/2007/04/20/le-choix-du-tourisme-solidaire_899135_3546.html

08 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

Sondage et recherches

Kalimera !

Le week-end a été productif. Nous avons tout d’abord créé un sondage sur survio.fr (site gratuit de création de sondage, efficace) sur la demande touristique. Je m’explique : afin de définir le tourisme solidaire, nous cherchons à savoir l’image générale que s’en font les individus comme vous et moi, qu’est-ce que ces deux petits mots évoquent. Aussi, ce sondage nous permet de déterminer le public visé, c’est-à-dire, qui s’intéresse à cette nouvelle forme de tourisme, comment elle se conçoit et qu’est-ce qui existe déjà. En somme, beaucoup de questions qui nous intriguent.

Alors n’hésitez pas à vous rendre sur ce lien pour participer à notre projet : Étude de la demande touristique

Cela ne prend que quelques secondes et les questions sont simples. Afin de maximiser notre visibilité, nous avons partagé ce sondage sur les réseaux sociaux (facebook : page, groupe d’amis, mur, …), bombardé notre mail liste et … Bientôt Twitter pourquoi pas?

Mais la toile n’étant pas assez représentative de l’ensemble de la population, nous nous sommes concoctées un petit planning de deux semaines où nous proposerons ce sondage dans des milieux divers : IUT, marchés, bars, manifestations culturelles, … Un maximum de lieux pour toucher un vaste public et rendre notre sondage le plus pertinent possible.

Nous vous ferons part très prochainement de nos résultats.

Aussi, nous avons fait nos recherches sur Internet à propos des labels favorisant le tourisme solidaire et responsable. Nous avons été agréablement surprises de constater que plusieurs labels existent, avec des chartes qui se ressemblent sur les valeurs : Agir pour un Tourisme Responsable (ATR), Vers un Tourisme Responsable (VTR) ou encore Garantie Tourisme Équitable et Solidaire (GTES). Pleins de bonnes idées qui nous inspirent. Nous avons découvert qu’une convention CO2 Solidaire existe ainsi que d’autres normes qui garantissent un tourisme plus propre.

ATES_logoatr-fdclair-01

Nous avons relevé les numéros d’agences de tourisme de niche, qui promulguent un tourisme responsable, que nous questionneront cette semaine. Si nous le pouvons, nous prendrons RDV avec les chargés de produit afin de définir leur stratégie de communication et s’enrichir de leurs expériences. Et eux, qu’entendent-ils par tourisme solidaire ? Toutes les informations sont bonnes à prendre, surtout provenant de professionnels !

Allez, nous vous laissons sur ces quelques pistes et revenons dès que possible vous informer de nos avancées !

 

A bientôt :)

06 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

Chantier solidaire

Kalimera !

Kaligraines propose plusieurs chantiers participatifs mis en ligne sur notre site : www.kaligraines.com. Nous proposons aujourd’hui une nouvelle offre, ouvert à tous ! En solo, groupe d’amis ou encore en famille, n’hésitez pas à prendre des vacances tout en vous rendant utile ! Ce chantier solidaire est proposé du 13 au 20 avril 2017 à Pirgos, dans le sud de la Crète, au milieu de la plaine de Messara. 8 places sont disponibles, pas une de plus, alors n’hésitez pas à nous contacter !

Au programme, que de beaux projets innovants ! En effet, nous vous offrons la possibilité d’apprendre et de construire un four solaire et des toilettes sèches. Aussi, votre séjour comporte la visite des villages typiques de la plaine, en allant à la rencontre de la population locale, de ses traditions et de sa culture. Vous serez également en plein dans les festivités de Pâques orthodoxe, fête religieuse la plus importante du printemps.

Vous serez logé dans un petit hôtel rural dans des chambres de 3 à 5 personnes (idéal pour se retrouver ou faire des rencontres !). Les repas seront préparés en commun, dans une ambiance conviviale et gourmande. Le prix est de 775€ par adulte et de 380€ par enfant. Il comprend les services énumérés ci-dessus, les transports locaux, l’accompagnement et la traduction de notre guide d’exception Myriam, ainsi qu’une aide économique à la population locale.

Il ne vous reste plus qu’à trouver votre billet d’avion, vous procurez une assurance rapatriement si vous le souhaitez et économisez si vous voulez faire des extras ! Dans tout les cas, soyez assurés que vous rentrerez comblé des rencontres crétoises riches en émotion !

Pour promouvoir notre voyage, nous avons créé un flyer. Nous y avons passé l’après-midi pour trouver les bons mots, réussir à toucher votre envie de voyage. N’hésitez pas à nous conseiller sur le design ! unnamed

Pour plus de renseignement, notre site www.kaligraines.com et notre numéro 06.29.08.46.05.

A bientôt les voyageurs !

14 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

Salon Asphodèle

Kalimera !

Le projet est en route ! Premier objectif : rencontrer les acteurs locaux du tourisme solidaire et des alternatives humaines de la région ciblée, les Pyrénées. Comme chaque année, le salon Asphodèle voit le jour à Pau. Au programme, 250 exposants autour des thèmes des alternatives écologiques, des produits bio et de l’habitat sain et économe. Ni une ni deux, nous nous y sommes rendues pour voir ce qu’il en était. Nous nous sommes régalées les papilles avec plein de mets divers et avons rencontré des personnes locales actives autour de projets différents : maison écologique, jardin assainissant, collecte de semence ancienne, protection des animaux, action solidaire avec les peuples d’Amérique latine, etc. Nous avons même rencontré un producteur crétois qui vendait une multitude de produits, dont certains que nous proposons aussi grâce à l’association Melitakes, comme l’huile d’olive. Ainsi, nous avons constaté que nous ne sommes pas les seules à proposer ce service dans la région mais également que la demande est importante et le marché fleurissant : en France, on aime les produits de qualité !

Mais aucun stand ne proposait une offre de tourisme solidaire. Hors thème? Pas vraiment, puisque nous promouvons un tourisme solidaire développant les alternatives humaines et écologiques : construction de maison écologique, production et récolte de produits issus de l’agriculture modérée, élaboration d’un four solaire, …

Conclusion : le tourisme que nous proposons n’est pas répandu dans la région, ou du moins, pas encore représenté et connu . Un salon populaire et fréquenté comme Asphodèle (21ème salon cette année) ne propose pas encore des thématiques comme la nôtre à un public pourtant gourmand de cette offre. En effet, nous avons pu constater quel engouement a le public pour les alternatives écologiques telles que l’habitat sain et durable ou encore la conservation des graines anciennes que nous proposons de découvrir en Crète. Le public présent au salon était principalement des adultes entre 30-40 ans, en quête de découverte d’un mode de vie plus sain. Alors pourquoi pas un tourisme aussi plus propre et innovant? Nous nous sommes renseignées sur les modalités de participation du salon pour la session prochaine. Nous proposerons sûrement un stand Kaligraines afin de nous faire connaître, de promouvoir le tourisme solidaire et d’enrichir ce salon plein de promesse. A suivre !

Salon Asphodèle affiches-2016_v3b-site-211x300

 

Enregistrer

Enregistrer

01 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

Cahier des charges

Contexte

Dans le cadre de la formation Licence Professionnelle Tourisme parcours Activités de Montagne, nous devons réaliser un projet tuteuré d’une durée de 150h. C’est l’occasion idéale de développer notre projet professionnel, c’est-à-dire le développement de notre association. En effet, lors de notre BTS Gestion et Protection de la Nature, l’association Kaligraines a vu le jour. Son but est d’organiser des mobilités interculturelles en Crète et ainsi d’expérimenter des modes de vie alternatifs. L’association se limite aujourd’hui à réaliser des commandes de produits Crétois (huile d’olive, savon, légumes séchés, miel, …) provenant de l’association Melitakes située à Pirgos en Crète. Il s’agit d’un regroupement d’agriculteurs qui se forment à l’agroécologie et proposent une large gamme de produits respectueux de l’environnement. Aussi, Kaligraines accompagne une classe de BTS dans la création d’une nouvelle mobilité France-Crète.

Commande

Le commanditaire est l’association Kaligraines, créée en juin 2016 par la loi 1901, association à but non lucratif, suite à une initiative étudiante. Son siège social se situe à Sadournin en Hautes-Pyrénées (65). La présidente est Myriam Peat, organisatrice de séjour et interprète anglais/français/grec. Le comité de pilotage se compose d’une professeure d’éducation socioculturelle, Mme Degache, d’une employée, Anne-Laure Vergès et de quatre étudiantes dont nous-mêmes. Elisa Grataloup a le statut de trésorière tandis que Marianne Chabert est la secrétaire de l’association. Nous sommes en charge de la réalisation de la commande ci-dessous.

Afin de développer l’association, nous allons créer des offres de voyage accompagnées ou autonomes. Notre mission est de concrétiser le volet « Tourisme solidaire » de Kaligraines. Nous nous basons sur la zone des Pyrénées, particulièrement en Hautes-Pyrénées et en Crète, majoritairement dans le Sud de l’île.

Objectifs

Nos objectifs sont multiples et précis :

  • Lancer et développer l’association
  • Créer de l’emploi et une dynamique territoriale
  • Etendre le tourisme solidaire
  • Accroître les échanges interculturels
  • Elaborer une stratégie de communication touristique

Actions et procédures

Afin d’atteindre nos objectifs, ci-dessous nos actions détaillées ainsi que les moyens de mise en œuvre prévus :

  • Définition du tourisme solidaire : participatif, engagé, économique… pour la rédaction de la  charte de Kaligraines. Pour effectuer cette mission, nous allons rechercher des labels qui nous correspondent tel que le label ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) et contacter les acteurs publics et privés du tourisme d’aventure et responsable de la région comme La Balaguère, Terre d’Aventure, Visage Trekking, … afin de connaître le marché touristique du territoire.
  • Etude de la demande locale : le but est de cibler les tendances du public, connaître à quel type de public on s’adresse et quelles sont ses attentes. Ainsi, nous nous adapterons à cette enquête et définirons la stratégie de communication touristique. Nous allons contacter en premier lieu le Comité Régional du Tourisme d’Occitanie afin de connaître les statistiques touristiques et effectuer des sondages en ligne, des concertations d’acteurs du tourisme (Office du Tourisme, agence de distributions, …). Aussi, nous nous rendrons au cœur de l’activité touristique en suivant les actualités et les événements de la région (ex : Fête des plantations, salon du tourisme, …).
  • Prospection et recherches pour la création d’un réseau de communication et d’information Kaligraines : partenaires et volontaires potentiels.    Nous allons dans un premier temps nous concerter au sein du Comité de Pilotage pour cerner nos attentes et nos besoins en termes de partenariats. Ensuite, nous contacterons les structures avec qui nous avons déjà travaillé pour clarifier  notre champ de collaboration (Terre et Humanisme, Kokopelli, …) et nous élargirons notre recherche auprès des entreprises de tourisme solidaire et des lycées agricoles (garantir des mobilités aux étudiants).
  • Création d’un calendrier de chantiers participatifs interactif avec possibilité de réservation et d’inscription en ligne. Cet outil facilitera la gestion des demandes de voyages et l’organisation des séjours. Notre action consiste à créer un site internet, l’entretenir et réaliser des fiches descriptives des chantiers en format PDF avec la totalité des renseignements (tarifs, dates, détail de l’offre).
  • Gestion et accompagnement d’un séjour organisé « Tourisme solidaire » : nous allons gérer un chantier participatif autour de la création de toilettes sèches dans le jardin pédagogique de Pirgos en collaboration avec l’association Melitakes en charge du jardin. Nous nous occuperons de l’organisation et de la logistique.

Planning de réalisation 

Le projet débute en novembre 2016 et se finalisera début avril 2017. Les clauses exposées dans ce document peuvent évoluer au cours de la réalisation du projet en fonction des contraintes éventuelles avec l’accord obligatoire des deux parties.

Mon clainclain de bord |
Trip in Irlande |
Agences promovacances |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Grainesdinfirmieresatakeo
| Floflo et Benito font du vélo
| Friendstrotteuses